Ce jeudi 19 septembre, les ouvriers de Caterpillar ont débrayés et sont partis pour 48h de grève. Le ras le bol, palpable dans les ateliers, s’est exprimé en réponse à l’arrogance et au chantage amené par la direction.

En effet, au delà du plan social imbuvable que cherche à imposer la direction (1400 licenciements), cette dernière tente de faire passer une série de reculs sociaux au sein de la boite (suppression de jours de congés, de primes, travail le samedi, suppression de pause, flexibilité …) et le tout enrobé par le chantage du tout ou rien.

Cette annonce n’est rien d’autre qu’une provocation à laquelle ont voulu répondre les ouvriers en démontrant par leur rapport de force qu’eux aussi avaient leur mot à dire.

Ce modèle de « l’usine nouvelle » que de nombreuses directions d’entreprise tente de faire avaler à leurs salariés sous couvert de crise et de nécessaire compétitivité, les ouvriers de Caterpillar, soutenus par les sous-traitants, ont voulu la dénoncer. C’est en refusant cette dégradation des conditions de travail et en dénonçant les mensonges de leur direction qu’ils démontrent que ceux qui sont au cœur de la production ne se laisseront pas faire en baissant la tête, mais sont prêts à résister et à faire entendre leur voix.

Nous étions à leurs côtés et continueront de l’être tout au long de leur combat.

Collectif Krasnyi